article prolapsus descente organes femme senior

PROLAPSUS (descente d’organes) : TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Gênant, inconfortable, douloureux et totalement indésirable sont les premiers mots qui viennent à l’esprit pour décrire un prolapsus ! De façon très imagée, c’est comme une mèche de cheveux qui ne veut pas rester en place et qui vous tombe dans les yeux en permanence.

Un prolapsus pelvien : c’est la même chose mais avec des organes. 

Selon une étude hollandaise, près de 40% des femmes âgées entre 45 et 85 ans auraient un prolapsus cliniquement significatif1.  Cette pathologie est en effet beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense ! 

Bref rappel anatomique du plancher pelvien 

Votre plancher pelvien (périnée) comprend les ligaments, les muscles, les nerfs et les tissus conjonctifs qui soutiennent les organes entourant le bas de votre abdomen. Ces organes comprennent la vessie, le vagin, le gros intestin (rectum), l’utérus et l’intestin grêle. 

Bien que nous n’y réfléchissions pas, il se passe beaucoup de choses quand nous allons aux toilettes. En fonctionnant correctement, les muscles du plancher pelvien se relâchent, ce qui permet la libération d’urine et de selles. Cependant, lorsque les muscles du plancher pelvien sont irrités ou faibles, les fonctions d’évacuation ne peuvent plus se faire normalement. Ce dysfonctionnement est très souvent la source d’une incontinence urinaire, voire fécale pour certaines femmes. 

Qu’est-ce que le prolapsus ? 

Le mot prolapsus signifie littéralement « tomber hors de place ». Et si vous ajoutez le mot vessie à cette combinaison, alors vous obtenez une “vessie tombant hors de sa place”. Dans le langage de tous les jours, les termes descente d’organes ou encore “ boule dans le vagin” sont également très courants.  

La plupart des personnes pensent qu’il n’y a qu’un seul type de prolapsus, mais il en existe en réalité plusieurs sortes. Le plus fréquent chez les femmes est la cystocèle.  

Les 4 types de prolapsus génitaux sont : 

  • Cystocèle – lorsque la paroi vaginale supérieure perd son support et que la vessie tombe et pénètre dans le vagin.  
  • Elytrocèle – lorsque la paroi vaginale inférieure perd son support et que le rectum se gonfle vers le haut dans le vagin 
  • Rectocèle – lorsque l’intestin grêle se distend dans le vagin 
  • Hystérocèle (prolapsus utérin) – lorsque l’utérus tombe dans le vagin 

Mais attendez, où tombe les organes ??? 

Maintenant vous vous demandez probablement : si la vessie tombe hors de sa place, où va-t-elle ? Eh bien, elle gonfle ou tombe dans la paroi avant du vagin et voici pourquoi.  

Imaginez votre plancher pelvien comme un système de soutien. Il est chargé de fournir un soutien aux organes qui se trouvent dessus, mais parfois il s’affaiblit ou s’étire. Au fil du temps, les organes appuient et déforment la paroi vaginale jusqu’à ressortir parfois au-delà de la vulve.

Comment cela se produit-il ? Les facteurs de risque 

Tout ce qui exerce une pression sur le plancher pelvien peut provoquer un prolapsus.  

Cependant, des études ont montré qu’un des premiers facteurs de risque serait les accouchements difficiles (gros bébé, forceps, traumatisme périnéal). Le nombre de grossesses, l’âge et la ménopause entrent également en jeu.   

Les autres facteurs de risque comprennent : 

  • Port de charges lourdes 
  • Station debout prolongée 
  • Interventions chirurgicales dans la région du bassin 
  • Tabac  
  • Toux / éternuements fréquents 
  • Certains exercices 
  • Constipation ou poussée sur les toilettes pour vider l’intestin ou la vessie (voir notre article sur « 9 aliments à toujours avoir chez soi pour éviter la constipation »)
  • Hérédité (faiblesse des tissus conjonctifs) 
  • Obésité 

La ménopause est aussi un facteur de risque 

La ménopause entraîne de nombreux changements et certains de ces changements ont un impact sur votre plancher pelvien. Les hormones comme l’œstrogène maintiennent les muscles vaginaux forts et souples. Mais lorsque son taux diminue pendant et après la ménopause, les muscles se relâchent et ne peuvent plus assurer un soutien aussi fort qu’auparavant. 

Comment puis-je savoir si un prolapsus m’affecte ? 

Le symptôme le plus courant du prolapsus est de sentir qu’il y a comme une boule à l’intérieur de votre vagin. L’incontinence à l’effort est également un symptôme que beaucoup de femmes atteintes de prolapsus éprouvent. C’est lorsque vous riez, toussez ou sautez et que vous perdez quelques gouttes d’urine (voire plus).  

Les symptômes à rechercher incluent : 

  • Lourdeur pelvienne 
  • Miction (action d’uriner) fréquente ou urgente 
  • Sensation que quelque chose tombe de votre vagin 
  • Rapports sexuels douloureux  
  • Avoir des difficultés à démarrer la miction 
  • Inconfort pelvien et / ou dans le bas du dos 
  • Incapacité à vider complètement la vessie dans les cas plus graves (par exemple rétention urinaire) 
femme allongée canapé douleur ventre

Un prolapsus peut arriver à n’importe quel âge  

La majorité des femmes touchées ont en général plus de 50 ans mais il n’est pas rare que des femmes plus jeunes soient concernées.  

Diagnostic du prolapsus vésical 

Si vous pensez que vous êtes concernée, la meilleure chose à faire est de consulter votre médecin traitant. Il pourra passer en revue vos symptômes, vos antécédents médicaux et prescrire différents examens pour poser un diagnostic précis. 

Les examens les plus courants sont: 

  • Examen clinique et gynécologique
  • Echographie pelvienne : examen indolore qui permet de visualiser la vessie et l’appareil génital (utérus, trompes, ovaires)
  • Bilan urodynamique : tests également indolores qui permettent de vérifier le fonctionnement de la vessie et de quantifier le risque d’incontinence urinaire
  • Cystoscopie : Examen peu douloureux réalisé à l’aide d’une caméra permettant de visualiser d’éventuelles anomalies sur la paroi interne dans la vessie

Une fois les tests terminés et le prolapsus confirmé, un stade sera attribué. Le stade est basé sur la distance à laquelle l’organe est tombé dans le vagin, ce qui détermine également sa gravité. Bien que le prolapsus soit gênant et douloureux, il ne met pas votre vie en danger.  

Le système de classification est le suivant : 

  • Stade 0 : Pas de prolapsus 
  • Stade 1 : léger. L’organe tombe légèrement dans le vagin. 
  • Stade 2 : modéré. L’organe descend bas et est proche de l’ouverture vaginale. 
  • Stade 3 : sévère. L’organe se gonfle par l’ouverture du vagin. 
  • Stade 4 : très sévère. L’organe est complètement extériorisé.  

Comment le prolapsus va évoluer ?  

Il est très difficile de prédire l’évolution d’un prolapsus car elle peut être très variable. Le prolapsus peut rester stables pendant de nombreuses années. En revanche, il peut aussi rapidement s’aggraver sous l’influence d’une variation de poids importante, d’un effort soutenu ou de la ménopause.

Comment se traite un prolapsus ? 

Le traitement pour le prolapsus dépend en grande partie de la gravité de votre cas.  

Par exemple, une personne de stade 1 peut présenter peu ou pas de symptômes. Dans ce cas, les exercices du plancher pelvien, la perte de poids, la lutte contre la constipation sont souvent suffisants.  

Les cas modérés de prolapsus peuvent nécessiter plus de soins et de temps. Votre médecin peut vous référer à un kinésithérapeute qui examinera le fonctionnement actuel de votre plancher pelvien et vous donnera des conseils pour faire des exercices pour renforcer ces muscles.

Dans certains cas, un pessaire est nécessaire pour soutenir les organes. Un pessaire est un dispositif mécanique (sous forme d’anneau, de cube,…) introduit dans le vagin ou l’anus. Il permet de ramener les organes descendus dans leur position normale afin de soulager les symptômes.

La chirurgie peut être nécessaire dans les cas les plus sévères. De nombreuses techniques sont envisageables et seront discutés avec votre chirurgien.

1 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19941278

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Enregistrer